Dschang

Posté le 12 août 2016 par ccdc dans Non classé

 
Dschang
Album : Dschang
photos de la ville de Dschang
9 images
Voir l'album

http://cameroun.a.c.f.unblog.fr/files/2012/04/centre_sat.jpg
19 images
Voir l’album

Localisation : Latitude 5°26’42.99″N et longitude 10° 3’17.10″E pour l’Office du Tourisme.

Généralités :

Au cœur des collines de l’Ouest couvertes de bananiers, de thé,  de palmiers, Dschang est la préfecture du département de la Ménoua. La ville se situe à 1400 mètres d’altitude sur le versant sud-est des monts Bamboutos.

L’origine du nom serait une contraction du mot Tsah Tsang qui signifie « terre à palabres ».

Dschang est une ville historique découverte en 1895 par l’allemand Zingraft. La mission allemande s’y installe définitivement en 1903. La ville passera ensuite sous contrôle britannique, puis sous administration française jusqu’à l’indépendance du Cameroun en 1960. Située en altitude (1380 m) et bénéficiant d’un climat plus frais et moins humide, la ville est rapidement devenue un site recherché par les européens qui pouvaient ainsi récupérer des rigueurs du climat de Douala. C’est la raison de la création du centre climatique construit vers 1940 par la compagnie nantaise des chargeurs réunis. Hôtel d’une cinquantaine de chambres réparties dans 23 bungalows à l’écart de la ville et donc propice au calme et au repos, il a connu ses heures de gloires dans les années 60 avant de connaître un déclin lent mais régulier.

La ville de Dschang présente également d’autres centres d’intérêt :

- L’architecture traditionnelle de l’entrée principale du marché construit en 1916 par les français. On y retrouve de nombreux artisans qui exposent leurs art. La ferronnerie serait un des premiers métiers d’art à se pratiquer à Dschang, vous pouvez ainsi visiter l’atelier de Tato à N’Keuli. La vannerie est également très pratiquée, essentiellement par le centre artisanal des aveugles situé près de l’IRAD, mais également la poterie, la sculpture sur bois etc…

- Le musée

- La base nautique créée en 2005 en coopération avec la ville de Nantes. On peut y faire du pédalo, du kayak …

- Les chefferies traditionnelles  de Foto, Bafou etc…

- La paroisse du Sacré-Cœur fondée en 1960 par la congrégation française des Pères Pallotins.

- Les chutes de Mamy Wata située à 24 km de Dschang près du village Apouh de la chefferie Fongo Tongo. Hautes de 82 m, elles méritent un détour si vous avez du temps devant vous. Attention, nous n’y sommes pas allé personnellement, les informations données pour y accéder doivent donc être confirmées.

- Les plantations de thé Djuittisa créées par les français en 1970 dans des fermes expérimentales.

La ville de Dschang possède également une singularité remarquable, c’est la première ville camerounaise a avoir ouvert un Office du Tourisme. Inauguré en juillet 1998,  en collaboration avec la ville de Nantes (France), il permet aux touristes d’avoir les conseils pour visiter la ville et ses environs. Un pacte d’amitié entre Nantes et Dschang a en effet été signé le 30 septembre 2002. N’hésitez pas à y passer, vous y recevrez un accueil très chaleureux ou à consulter son site.

Dschang est également connue des étudiants pour son université agricole qui comprend la Faculté des sciences agricoles et d’agronomie (FASA). Cette université a ouvert ses portes en 1993, c’est l’institution la plus bilingue du Cameroun puisque les enseignements y sont dispensés indifféremment en français et en anglais.

Comment y accéder :

Avec la construction des routes nationales la reliant à Nkongsamba et à Bafoussam, l’accès à Dschang est devenu une visite sans histoire. Que l’on vienne de Douala ou de Yaoundé, il faut juste disposer de temps car il faut compter entre 4 et 6 heures de route. Pour ceux venant de Douala, vous passerez par la falaise de Foréké très impressionnante et qui constituait un véritable calvaire avant sa transformation en route moderne.

Conseils :

Hélas, comme c’est le cas ailleurs, il faut se rendre à l’évidence, le centre climatique a perdu son lustre d’antan. Si le cadre reste exceptionnel, la qualité du service et des prestations  sont décevantes tout en restant acceptables. On a même l’impression de replonger dans les années 60. Des projets semblent en cours pour lui redonner un second souffle.

Pour visiter la totalité des sites, il faudra passer au moins deux jours complets. De nombreux hôtels sont disponibles sur zone avec également des possibilités d’hébergement dans certaines chefferies. Se renseigner à l’office du tourisme.

Site office de l’office du tourisme de Dschang

Le site officiel de la ville de Dschang n’est plus accessible pour l’instant mais espérons qu’il sera de nouveau opérationnel dans quelques temps.

Un Commentaire le “Dschang”

  1. Zac

    Somebody necessarily assist to make critically articles
    I would state. This is the first time I frequented your website page and up to now?
    I surprised with the research you made to create this particular
    post incredible. Wonderful task!

    Also visit my site fuck it (https://barbarameli.wordpress.com)

Répondre

D'autres nouvelles

A la une

Aurion, un jeu vidéo camerounais à la conquête du cinéma américain

Aurion, un jeu vidéo camerounais à la conquête du cinéma américain

Par Barthélémy Gaillard Après avoir réussi à lancer Aurion, le premier ...

Cameroun : Alex, un Français au pays du rap camfranglais

Jeune Afrique, Par Jean-Sébastien Josset 1,50K partages Parisien et blanc, Alex est ...

Musique – Côte d’Ivoire : Josey, chanteuse « hors piste »

PORTRAIT. Grâce à ses titres « You Galoh » ou « Diplôme », sur ...

Les voix afro-américaines résonnent au Festival de Toronto

«The Birth of a Nation», du cinéaste afro-americain Nate Parker, ...

L’impact du numérique sur le secteur culturel

Érosion numérique – Mythe ou réalité ? L’essentiel de la croissance ...

L’Afrique du futur vue par les Africains : trois photographes récompensés par la fondation Mo Ibrahim

Par Matthieu Kairouz 349 partages Habitué à récompenser les chefs d’États africains ...

Charlotte Dipanda: «J’ai tellement rêvé de l’Olympia»

Par RFI Publié le 10-09-2016 Modifié le 10-09-2016 à 10:48 Charlotte ...

L’expansion de la littérature camerounaise d’expression française

ÉcritPar AfricaPresse.com le 29 Aug 2016 Publié dans la catégorie: ...

Cameroun – Mode: Defustel Ndjoko, l’enfant pauvre de Baham (Ouest) devenu fashioniste de renommée mondiale

Defustel Ndjoko Égérie de marques internationales, ce Camerounais vient de créer ...

Cameroun – Culture: Julie Cheugueu Nguimfack élue Miss Cameroun 2016

Julie Nguimfack Cheugueu, Miss Cameroun 2016 La nouvelle reine de beauté ...

Chauffayer |
Action Catholique des Enfan... |
Afoc91 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Get The Gunk Out: How To U...
| Jumelagesaintsavin38
| Aale42